KOU D'KER COLORIS:L'UNION MALOYA "Doulér la vi"

26 mars 2017

KOU D'KER COLORIS de la semaine :
L'Union Maloya "Doulér la vi".

Radio Coloris vous présente le KOU D' KER de la semaine : L'Union Maloya avec leur titre « Doulér la vi ».

L'Union Maloya est une jeune formation musicale axée sur le Maloya. 

Elle se compose de 8 membres dont 2 filles et 6 garçons d'âge varié (de 15 à 32 ans) originaire du Tampon et de Saint-Pierre. 

La composition musicale et l'écriture des textes sont remarquablement dirigées par le chanteur leader Vincent Coulama. 

Dans ses chansons L'union Maloya chante la vie en abordant divers sujets de société, tels que les difficultés au quotidien, les commérages, l'addiction, la violence, mais surtout l'espoir qui est au final le message délivré. 

EXTRAIT EN VIDEO


La passion pour le maloya leur a été transmis tout naturellement, par leurs aînés auprès de qui ces jeunes ont énormément apprit en participant notamment à de nombreux Kabar et Service. 

Par la suite chaque joueur aura alors développé et acquis une certaine expérience après avoir intégré divers groupes de maloya.

L'Union Maloya se produit également sur scène lors de différents Kabar ouvert au public et dans diverses manifestations de quartiers : récemment dans le cadre de « Kartié an fêt » à Saint-Pierre.

Le Maloya est la référence pour cette jeune formation qui y affiche sa préférence particulière, mais déclare écouter cependant d'autres genres musicaux (Séga, Dancehall, Reggae etc...).

Leur principal objectif est de sortir un album, sur lequel tous participent activement pour selon eux continuer à valoriser cette musique culturelle et emblématique de leur île de La Réunion, ainsi que de la transmettre à la jeune génération. Pour qu'à son tour elle la porte vaillamment et perpétue ainsi cette musique représentative de l'identité réunionnaise.

Radio Coloris salue la conviction de cette jeune formation de maloya et leur souhaite une longue carrière.

CONTACT ARTISTE

L'UNION MALOYA

 

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article